Page d'accueilAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami
Association régie par la loi de 1901
 
UN PEU DE TECHNIQUE
 








 
Vign_outilsdulavier
Outillage du lavier

 
Vign_autre_outils

Boucharde à tête mobile, différents ciseaux, laie (ou taillant), pic.


 
Vign_etabli
L'établi: indispensable pour la taille des pierres.



 
Vign_preparation


Tri et préparation des matériaux










Dalle nacrée
Vign_dalle_nacree












m

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 















 
Vign_capture001


Voici en vidéo, les
principales phases de la construction d'un muret en pierre sèche présentées par
 l’Université Populaire Ventoux, association d’intérêt général, qui participe depuis 1995 à la valorisation des richesses locales, humaines et environnementales.



Elle agit dans les domaines de la formation, de l’éducation et de l’insertion par l’activité économique.



 



mis en ligne le 18/11/2017 contribution Maryvonne J.
Vign_2017-11-18_091527

La pierre sèche en Franche-Comté.

(extrait du reportage FR3  pour l'association Murs et Murgers, patrimoine des Montagnes du Doubs et d'ailleurs

 
 
Vign_au_boulot
Au boulot !

EQUIPEMENT
Gants, lunettes de protection, chaussures de sécurité, pantalon épais renforcé aux genoux.

OUTILS
Massette de sculpteur (à 8 arrêtes vives de préférence) et chasse (ciseau large) ; marteau de menuisier, broche (sorte de long burin) ; éventuellement têtu-pic (hybride entre marteau et pic) pour tailler les laves ; masse ; pelle, pic de terrassier, brouette, seaux, etc.
Instruments de mesure, de traçage et d'alignement (liteaux, cordeau, fil à plomb, niveau), clous, établi de lavier.

MATERIAUX
Une cadole comme les nôtres nécessite de 6 à 9 m3 de belles pierres, ½ tonne de millons (pierres dures de quelques cm pour les calages), autant de mitraille (pour le bourrage dans l'épaisseur des parois).


LE CHANTIER

L'idéal est que chacun participe successivement à toutes les étapes : tri des pierres et approvisionnement, élévation d'un meurger, taille de la pierre, élévation d'une voûte, ...

La construction elle-même se prépare en constituant une réserve de pierres, en les triant, en disposant les pierres sur chant près de l'édifice. On met de côté les plus «belles pierres» pour la voûte, le linteau.

Traçage, pose et fixation des liteaux (fil à plomb), pose du cordeau entre les liteaux.
Préparation de l'assise de l'édifice, à la masse.

Quelques règles édictées par le CERAV (Centre d'Etudes et de Recherche Vernaculaire) : pas trop de personnes dans la pose de pierres car leur ordonnancement deviendrait vite anarchique ; deux ou trois personnes suffisent, plus les approvisionneurs.

Pose des pierres : comme un mur d’agglos. Vérifier régulièrement l'alignement horizontal et la verticalité de la face. Pierres décalées d'un rang à l'autre, et croisées aux angles. Pour éviter la formation de failles, la pose de pierres en boutisse (pierres de grande dimension disposées dans le sens de l'épaisseur du mur) doit intervenir tous les mètres environ, décalée à chaque rang.
Calage des pierres au moyen des millons au fur et à mesure : pas de calage une fois le mur monté, les cales seraient éjectées.


 
Construction en pierres sèches : un peu de technique.
 
Vign_encorbellement
Vue en contre-plongée de la voûte de la guérite des Eplouées.
 
Toutes les cabanes construites en pierres sèches (ou cadoles) découvertes à Hauteville, Ahuy, Daix montrent que nos cabanes sont des constructions de petite taille et frustes. Notre petit patrimoine est donc modeste et comparable aux cabottes de la Côte, aux cabordes du Jura ou aux gariottes de Souplessac (Quercy), mais en aucun cas aux cadoles de Joncy (Saône et Loire), aux bories de Provence, aux capitelles du Languedoc ...                 lire la suite ...

 
 

Ci-contre, un diaporama de Maryvonne sur la construction en délit d'oblique.      

>>>>>>>>>>>>

Meurger construit en délit d'oblique
Dalle nacrée
Le saviez-vous ?

Nos bonnes vieilles laves, celles qui couvraient le toit des bergeries et de l'église, celles que le soc des charrues éclatait et dont on débarrassait les champs en les empilant en meurgers, celles-là même dont nous faisons nos murs et nos cadoles ne seraient autres que ... de la Dalle Nacrée. La question d'un ami de la région de Nantes – Denis-Michel BROCHET – nous a alertés.

Ce sont les géologues qui le disent : dans la succession des couches sédimentaires de l'ère secondaire, le Bathonien, où se trouvent les veines de Comblanchien, est immédiatement surmonté du Callovien, dont la partie supérieure correspond au « faciès » Dalle Nacrée, connu sous « l'appellation locale » Lave de Bourgogne, qui affleure dans toute la région.

Ainsi nos cailloux sont célèbres. Dans le Jura suisse, à Montfaucon, l'Association pour la Sauvegarde des Murs de Pierres Sèches (ASMPS) utilise la dalle nacrée extraite sur place pour ses travaux de rénovation. Et Denis-Michel, qui avait envisagé de travailler avec eux, voulait apprendre à tailler cette belle pierre, qui se délite en dalles à surfaces rougies par les oxydes de fer ...
Le monde est petit.
 
Les techniques de construction en pierre sèche par l'image.
Réalisation :   association Université populaire du Ventoux


            Pour agrandir  l'image,

      cliquez sur la vidéo choisie puis       

        cliquez sur le logo représenté

                comme ci-dessous 

 

Vign_yt_1200-vfl4C3T0K
Les travaux des anciens
Les outils
Le chantier

Le choix des pierres
Le premier rang
L'assise

L'arase

Vign_2013-11-26_155905
Administrateurs du site : Yves Gorges, Claude Opy
Créer un site avec WebSelf